C’est quoi un état hypnotique?

« Le chemin le plus long qu’un homme ait à parcourir au cours de sa vie, est le chemin allant de la tête à son cœur » Proverbe indien

 

Les états hypnotiques peuvent être créés par des facteurs naturels ou provoqués, intérieurs ou extérieurs. Selon Milton Erickson, une transe est « une absence de réponse aux stimuli extérieurs non pertinents » : comme la réalité extérieure s’éloigne, la réalité intérieure prend une densité d’autant plus grande, jusqu’à être éprouvée subjectivement comme ‘la’ réalité (pensées, émotions, souvenirs, ressentis corporels), à la manière de ce que l’on peut éprouver dans les rêves.

 

état hypnotique transe

 

Des états/transes hypnotiques sont vécus naturellement au quotidien par chacun d’entre nous, quand on est « dans la lune » ou « ailleurs » ! Thierry Melchior, psychologue et philosophe, formateur en hypnose et thérapie brève dans divers pays décrit ainsi la transe commune de la vie quotidienne : « quand on conduit sa voiture sur un itinéraire que l’on connaît par cœur : sans même y prêter attention, on manœuvre le volant, les pédales, le levier des vitesses, la manette des feux clignotants, tout en restant suffisamment ‘branché’ sur l’environnement routier. En même temps, on peut être complètement ailleurs, en train de penser à ce qui s’est passé dans la journée, ou à ce que l’on va faire le soir ou le lendemain (dissociation). On peut ensuite être tout étonné d’être déjà arrivé (distorsion temporelle). D’une manière générale, les activités monotones, répétitives, qui n’offrent pas un grand intérêt, ou encore qui peuvent s’accomplir sans que n’intervienne trop la partie consciente et volontaire de nous-mêmes, sont favorables au développement de transes communes de la vie quotidienne : faire la vaisselle, nettoyer, peler des légumes, repeindre un mur, faire du jogging ou de la musculation, danser, dessiner, se raser en sont des exemples. Il n’est du reste pas interdit de penser que bon nombre d’activités humaines ont pour but de procurer cet état mental particulier tout autant, sinon plus, que la finalité officiellement poursuivie. Ainsi le pêcheur à la ligne, au bord du canal, qui contemple son bouchon, a peut-être moins pour but de ramener du poisson à la maison que de se créer un agréable état de transe. » (Créer le réel, Hypnose et thérapie).

 

Dans un cadre thérapeutique accompagné d’un hypnologue, ces états hypnotiques sont recréés volontairement, approfondis puis dirigés vers un objectif souhaité : plus disponible et attentive, la personne affine sa compréhension d’elle-même et la transformation d’idée en acte est facilitée. Caractérisé par les neurosciences et par imagerie cérébrale, l’état hypnotique, cette modulation de l’état de conscience permet de réduire l’activité du mental, de favoriser le dialogue et l’interaction entre le conscient et l’inconscient/subconscient/for intérieur, permettant ainsi de dépasser les résistances qui empêchaient d’atteindre un ou plusieurs objectifs. La profondeur de la transe importe peu, une transe légère et imperceptible peut provoquer des changements profonds en peu de temps ; l’hypnose conversationnelle donne d’ailleurs des résultats impressionnants qu’une transe profonde ne permet pas toujours. Cette dernière a  surtout une valeur pour le sujet qui veut une preuve de son état hypnotique.

 

Chacun peut entrer dans un état hypnotique : il n’existe pas de résistance à l’hypnose mais seulement des techniques inadaptées à certaines personnes, en fonction de leurs états émotionnels, de l’environnement, de la motivation etc. Tout comme il n’existe pas de résistance au cinéma ou à la musique mais une sensibilité personnelle qui fait que chacun va entrer avec plus ou moins de facilité dans un film, va être plus ou moins touché par la mélodie, les paroles.

 

Et vous, votre dernière transe commune de la vie quotidienne, c’était quand ?…