Réveiller le tigre – Guérir le traumatisme

 

J’ai littéralement dévoré cet ouvrage de Peter LEVINE, préfacé par Boris Cyrulnik. Il offre une telle compréhension des mécanismes qui se jouent lors d’un traumatisme, et des outils pour parvenir à son intégration que sa lecture peut éclairer tant les victimes de traumatismes que leur entourage. Il y aborde aussi des pistes utiles à tous ceux dont le métier (médecins, infirmiers, sauveteurs, pompiers, policiers, thérapeutes, éducateurs…) les met régulièrement au contact de personnes traumatisées.

 

« Le traumatisme est la conséquence de la réaction du système nerveux d’une personne à un événement qui a dépassé sa capacité à y faire face par une réponse sensori-motrice adaptée ».

 

Puisant dans l’observation des animaux, l’auteur nous rappelle qu’un animal poursuivi par sa proie se fige dans une immobilité totale lorsqu’il est attrapé. D’ailleurs, l’explorateur David Livingstone, attaqué par un lion, raconte avoir vu sa gueule s’ouvrir près de son visage juste avant qu’il ne soit abattu et que ce qui l’avait stupéfié, c’était son inertie et son indifférence soudaine. « La stupeur traumatique que nous partageons avec les animaux provoque une hébétude qui est une réaction de survie, un mécanisme de défense physiologique, une réaction adaptative qui gèle toute forme de mouvement ». Alors même que cette absence de réaction chez l’être humain lui provoque ensuite beaucoup de questionnements, d’incompréhensions et de culpabilité. Pourquoi je n’ai pas hurlé, pourquoi je n’ai pas essayé de fuir ?

 

L’énergie qui se trouve dans le système nerveux d’une proie face à un prédateur est celle qui équivaut à une course de fuite. Au moment où la réponse physiologique de figement se met en place, la proie semble immobile mais intérieurement, son système nerveux est en surrégime, pour activer la possibilité d’une fuite. La différence entre la course interne du système nerveux et l’immobilité externe du corps crée dans le corps « une turbulence semblable à une tornade ».

 

Le corps a une place prépondérante dans la guérison, car il réagit profondément au traumatisme. Il se tend, se crispe dans la peur, se fige et s’écroule dans la terreur engendrée par la situation désespérée. « Ce n’est pas l’événement déclencheur en lui-même qui provoque les complications du trauma. Elles proviennent du reliquat d’énergie qui, n’ayant pu être transformé et déchargé, reste piégé dans le système nerveux d’où il provoque des ravages sur les corps et les esprits. »

 

Un être humain qui a vécu une situation traumatisante doit pouvoir libérer l’énergie mobilisée lors du figement afin de transformer cette expérience. Comme la soupape d’une cocotte-minute. Car heureusement, les mêmes énergies physiologiques qui créent le traumatisme peuvent le transformer et nous propulser alors vers une intégration génératrice d’une autre énergie, libératrice, source d’évolution et d’éveil. Le traumatisme lorsqu’il est intégré, nous ramène au monde naturel du mouvement, du flux et du reflux des vagues. Nous possédons tous et toutes cette capacité de guérir des effets du traumatisme, quand bien même il reste évident que ce travail thérapeutique ne se fait pas d’un coup de baguette magique. Vous proposer un accompagnement dans cette transformation qui peut changer une vie, vous observer réveiller votre tigre me permet de réaliser à chaque fois, la puissance de la résilience qui est en chacun de Vous.

 

Toutes les citations proviennent de l’oeuvre Réveiller le tigre, de Peter Lévine